Pages Navigation Menu

L'actualité de tout ce qui nous influence

Bac en plein ramadan, un défi pour les élèves musulmans en France

Bac en plein ramadan, un défi pour les élèves musulmans en France

Encore cette année, le bac arrive en plein ramadan 2017. « Jeûner en pleine session du bac pourra nuire à leur productivité des élèves et diminuer par conséquent leur concentration. » S’inquiètent quelques responsables des établissements scolaires.

Les épreuves du baccalauréat 2017, s’étaleront la première semaine du mois de juin et coïncideront la deuxième quinzaine du mois de ramadan 2017 selon le calendrier hégirien. En attendant avoir les horaires et la date de début et de fin d’ici quelques semaines.

La pratique du ramadan en France, n’est pas anodin. En effet près de 5 millions d’habitants en France sont des musulmans jeûneurs selon une récente étude.

Ramadan 2017 en France, sera un véritable défi pour élèves pratiquants qui souhaitent trouver un motif valable leur permettant de s’abstenir de jeûner.

Faire le ramadan est un choix

Tout comme l’année précédente, quelques lycées en France organisant des stages intensifs de préparation au baccalauréat interdissent la participation des musulmans jeûneurs.

L’année dernière, une décision d’une professeure de sciences de la vie et de la Terre (SVT) empêchant l’entrée aux sessions de révision aux élèves faisant le ramadan a évoqué la colère des élèves et des responsables de la culte Musulmane en France qui trouvent que faire le ramadan reste un choix pour les élèves et qu’il s’agit d’un acte islamophobe.

« Dès le début du ramadan 2017, les élèves qui jeûnent sont privés de s’inscrire et de participer à ce stage. Affirme la professeure devant ses élèves. » Je n’accepterai en aucun cas un élève faisant le ramadan parmi les inscrits à ce stage. » Ajoute-t-elle.

En réponse à la professeure et aux établissements interdisant la participation des élèves jeûneurs, Le Conseil théologique musulman de France, a publié dimanche une « fatwa » invitant les élèves inscrits au bac de s’abstenir de jeûner.

« Nous sommes convaincus que les troubles alimentaires peuvent impacter la productivité des élèves et leur faire perdre la concentration et leur endurance. Néanmoins les candidats n’ayant des examens que le matin « n’a pas à se servir de cette dérogation ». Explique à l’AFP le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Anouar Kbibech.

D’autres responsables du culte musulman trouvent que le problème ce n’est pas le ramadan, en soi même, mais c’est le manque de conviction. « Je tiens à rappeler que beaucoup de jeûneurs se sentent mieux en faisant le ramadan et que jeûner ne signifie pas perdre l’équilibre et s’affaiblir. » Assure un membre du conseil de culte musulman.